Pourquoi et comment boycotter

Pourquoi Boycotter

Pourquoi Unifor demande aux consommateurs de ne pas acheter de véhicules GM construits au Mexique

GM transfère des emplois canadiens vers le Mexique.

Screen_Shot_2019-01-29_at_4.33.48_PM.pngAlors qu’elle fait des bénéfices records, GM veut fermer son usine de qualité exceptionnelle d’Oshawa, mettant des milliers de travailleuses et travailleurs à la rue. En même temps, l’entreprise prend de l’expansion au Mexique afin de profiter de la faible rémunération des travailleurs et de l’absence de droits de la personne et du travail. En 2014, GM a confirmé ses plans d’investir 5 milliards de dollars américains pour doubler la production au Mexique(i). Si GM ferme l’usine d’Oshawa, l’entreprise aura supprimé, d’ici 2020, une production annuelle au Canada de 418 000 véhicules (67 %) alors qu’elle augmentera la production annuelle au Mexique de 304 000 véhicules (47 %). GM a également annoncé récemment qu’elle prévoyait fermer deux usines de montage aux États-Unis. Il est donc clair que GM transfère des emplois vers le Mexique.

Quels sont les antécédents du Mexique en matière de droits de la personne et du travail?

Le bilan du Mexique en matière de droits de la personne et du travail est très médiocre. La plupart des travailleuses et travailleurs ne peuvent pas adhérer librement à des syndicats démocratiques indépendants. La grande majorité des soi-disant syndicats au Mexique sont contrôlés par les entreprises et le gouvernement, s’efforcent de réduire les salaires, et ne sont pas reconnus par les fédérations syndicales internationales(ii.a. & ii.b.). L’Organisation internationale du Travail(iii) des Nations Unies et l’organisme Human Rights Watch(iv) soulèvent régulièrement de vives inquiétudes quant aux droits au Mexique.

Combien GM paye-t-elle ses travailleuses et travailleurs au Mexique?

Les travailleuses et travailleurs de GM sont payés en moyenne seulement 2 $ US l’heure dans les usines de montage du Mexique. Une étude exhaustive publiée en 2017 détaillait les salaires offerts dans les usines de GM de San Luis Potosí, de Ramos Arizpe et de Toluca qui allaient de 29 à 44 pesos l’heure(v). Même en tenant compte des hausses salariales modestes établies depuis, le salaire moyen est de moins de 2 $ US l’heure selon les taux de change actuels. Les travailleuses et travailleurs du secteur des pièces d’automobiles sont encore moins bien payés. Les salaires après inflation n’ont pas augmenté au Mexique depuis que l’ALENA a été signé il y a 25 ans(vi.a. & vii.b.).

Cette action vise-t-elle les travailleuses et travailleurs mexicains?

Absolument pas. Unifor demande depuis longtemps le renforcement des droits de la personne et du travail au Mexique. Nous sommes fiers de travailler directement auprès d’organisations de la société civile au Mexique et d’appuyer les quelques syndicats indépendants du pays. Grâce au Fonds de justice sociale(vii), Unifor a entrepris deux projets pour renforcer les syndicats démocratiques et promouvoir les droits de la personne au Mexique. Pendant la renégociation de l’ALENA, nous avons travaillé directement avec nos alliés mexicains, en accueillant notamment une délégation de dirigeants de syndicats indépendants à Ottawa(viii.a. & viii.b.), afin d’insister sur l’application de mesures pour rehausser les normes du travail au Mexique. Les travailleuses et travailleurs mexicains ne reçoivent aucune aide de GM, perpétuant un système conçu pour réduire les salaires et abolir les droits.

Pourquoi viser GM?

GM est le constructeur d’automobiles le plus agressif opérant en Amérique du Nord à tirer profit des faibles salaires et de l’absence de droits de la personne au Mexique. L’an dernier, l’entreprise est devenue pour la première fois le plus important constructeur d’automobiles du Mexique et produira bientôt 1 million de véhicules par année dans ce pays, la grande majorité d’entre eux étant exportés au Canada et aux États-Unis. D’autres constructeurs d’automobiles font des affaires au Mexique, et nous nous sommes toujours opposés à l’achat de véhicules construits au Mexique dans des conditions d’exploitation extrêmes. En voulant faire encore plus de bénéfices, GM est simplement allée trop loin.

Est-il question de boycotter tous les véhicules GM?

Non. Nous demandons aux consommateurs de soutenir nos membres qui travaillent chez GM en continuant d’acheter les véhicules d’excellente qualité construits par des syndiqués au Canada et aux États-Unis.

Quels véhicules devrait-on acheter?

Depuis plus de 50 ans, notre syndicat dispose d’une politique demandant aux consommateurs d’acheter des véhicules fabriqués par des membres de syndicats nord-américains. La liste actuelle comprend 72 véhicules, laquelle est présentée sur le site www.sauvonsoshawagm.ca. Ces véhicules sont construits au Canada ou aux États-Unis par des membres d’Unifor ou des TUA. En raison de l’intégration de la production de véhicules dans les deux pays, les véhicules construits aux États-Unis renferment une grande part de contenu construit par des membres d’Unifor et appuient les emplois des membres du syndicat. Unifor et les TUA soutiennent l’achat de véhicules provenant des deux pays construits par une main-d’œuvre syndiquée.

Comment Boycotter

N'achetez pas

Screen_Shot_2019-01-29_at_4.40.49_PM.pngUnifor demande aux consommateurs de ne pas acheter de véhicules GM construits au Mexique. Alors qu’elle fait des bénéfices records, GM veut fermer son usine de qualité exceptionnelle d’Oshawa, mettant des milliers de travailleuses et travailleurs à la rue. En même temps, l’entreprise prend de l’expansion au Mexique afin de profiter de la faible rémunération des travailleurs et de l’absence de droits de la personne et du travail. Les travailleuses et travailleurs de GM au Mexique sont payés 2 $ US l’heure et n’ont pas accès à des syndicats démocratiques indépendants.

Comment éviter d’acheter des véhicules GM construits au Mexique? C’est facile.

Deux véhicules GM sont construits exclusivement au Mexique (Chevrolet Blazer et GMC Terrain) et seulement un est construit au Mexique et à l’étranger seulement (Chevrolet Trax). Pour démontrer votre soutien aux travailleuses et travailleurs d’Oshawa, n’achetez tout simplement pas ces trois véhicules.

Quatre autres véhicules sont construits au Mexique et au Canada ou aux États-Unis (Chevrolet Equinox, Chevrolet Silverado, GMC Sierra et Chevrolet Cruze). Jetez simplement un coup d’œil au numéro d’identification de véhicule (NIV) et n’achetez pas les véhicules dont le NIV commence par « 3 » puisque cela signifie qu’ils ont été construits au Mexique.

GM construit sept véhicules au Mexique pour la vente au Canada et aux États-Unis.

Screen_Shot_2019-01-29_at_4.36.04_PM.png

Qu’est-ce qu’un numéro d’identification de véhicule?

Chaque véhicule vendu au Canada ou aux États-Unis est doté d’un numéro d’identification unique. Un NIV est le code d’identification d’un véhicule précis et représente l’empreinte digitale du véhicule puisqu’il n’y a pas deux véhicules pareils sur la route ayant le même NIV. Un NIV est composé de 17 caractères (numéros et lettres majuscules) et affiche les caractéristiques uniques, les spécifications et le constructeur du véhicule. Un NIV qui commence par « 3 » signifie que le véhicule a été construit au Mexique.

Où peut-on trouver le NIV?

Screen_Shot_2019-01-29_at_4.37.07_PM.pngLe NIV se trouve sur le tableau de bord du côté conducteur du véhicule. Le meilleur moyen de le voir est de se tenir à l’extérieur du véhicule du côté conducteur et de regarder dans le coin du tableau de bord près du pare-brise. Si le NIV ne s’y trouve pas, ouvrez la porte du côté conducteur et regardez sur le montant de la porte (là où la porte se verrouille lorsqu’elle est fermée). Le NIV se trouvera également sur les documents d’enregistrement et de titre du véhicule.

Achetez

Depuis plus de 50 ans, notre syndicat dispose d’une politique demandant aux consommateurs d’acheter des véhicules construits par des membres de syndicats nord-américains pour soutenir les emplois dans nos communautés et renforcer notre économie.
La liste ci-après comprend 72 véhicules. Ces véhicules sont construits au Canada ou aux États-Unis par des membres d’Unifor ou des TUA. En raison de l’intégration de la production de véhicules dans les deux pays, les véhicules construits aux États-Unis renferment une grande part de contenu construit par des membres d’Unifor et appuient les emplois des membres du syndicat. Unifor et les TUA(ix) soutiennent l’achat de véhicules provenant des deux pays fabriqués par une main-d’œuvre syndiquée.

Véhicules construits par des membres de syndicats nord-américains

Screen_Shot_2019-01-29_at_4.40.01_PM.png